Je veux un électrochoc pour sauver le commerce messin

Mis en ligne le 03 juin 2020

Je veux un électrochoc pour sauver le commerce messin

C’est un corps déjà souffrant qu’a frappé le Covid-19 😷. J’ai suivi de très près la situation des commerçants messins, notamment avec mes colistiers Jean-Marie Nicolas, 1er vice-président de la CCI, et Blaise Taffner.

L’extension du parking payant et la hausse des tarifs, le développement de nouveaux centres commerciaux en périphérie messine et ZAC de l’Amphithéâtre, la dégradation qualitative du centre-ville, notamment sur la sécurité et la propreté, tous ces facteurs avaient affaibli profondément le commerce messin. 🆘

Mon projet municipal répondait déjà à cette faiblesse structurelle par des réponses durables. Mais avec le Covid-19, beaucoup de commerces sont à l’agonie. Il faut un électrochoc pour les sauver.

Il faut accroître le recours par les commerçants et artisans aux dispositifs d’aides de l’Etat et de la Région Grand-Est. Les premiers chiffres communiqués par Inspire Metz sont insuffisants. L’agence est mobilisée. Elle doit l’être avec les chambres consulaires et toutes les organisations professionnelles, jusqu’aux associations de quartier.

Il faut que les bailleurs publics renoncent aux loyers sur la période de confinement pour les commerces et l’étendent aux cafés-restaurants jusqu’à leur réouverture . Les bailleurs privés doivent être incités à participer à l’effort sans lequel leurs locataires périront.

Le maire de Metz a d’ailleurs entendu ma proposition en la matière même s’il est resté sourd à mes propositions sur la prévention et la précaution contre le Covid-19 dans l’espace public (sauf pour les marchés).

Au moment où le centre-ville se trouve dans une concurrence plus exacerbée que jamais pour reconquérir la clientèle après le confinement, et alors qu’on ne retrouvera pas l’affluence des voitures avant la rentrée de septembre, il faut un geste fort pour faire venir les clients en ville.

📢 Je propose un électrochoc pour la relance en juin, juillet et août :
- le maintien, pendant que nous retravaillons le plan vélo, des pistes cyclables provisoires qu’il faut aussi regarder comme expérimentales 🚲
- la gratuité du stationnement sur les parkings sous-terrains, aériens et en surface, non en indemnisant financièrement les concessionnaires, mais en reportant de trois mois la fin de leur contrat de concession. 🅿

En refusant l’accès à la voiture🚗 dans ce contexte particulier, on ne sert pas l’écologie, mais au contraire on favorise les grandes surfaces périphériques contre le commerce de centre-ville, d’autant plus que la municipalité sortante a, dans le même mouvement, autorisé le développement de ces grandes surfaces et restreint l’accès au centre-ville.

Je prévoyais de me donner tout le mandat pour réanimer et ré-enchanter le centre-ville. Après le Covid-19 et compte-tenu de l’urgence, j’accélérai ces actions : valorisation et ouverture des Récollets, extension et gratuité de la Cour d’Or, multiplication des boutiques éphémères, des boutiques alternatives, circuits couts, start-ups et lieux de télétravail ayant pignon sur rue 💻, maison de l’étudiant en hyper-centre 📚, requalification d’Outre-Seille en quartier d’Art et d’Histoire, parcours d’artistes de la Porte des Allemands à Saint-Vincent 🎨 … et bien sûr, la sécurité et la propreté qui sont des éléments fondamentaux de la qualité de vie et d’accueil.

Autant d’idées qui figurent déjà dans mon projet présenté aux Messins pour le mandat à venir, mais dont la situation nouvelle exige la mise en oeuvre accélérée.


Retour aux actualités